Positionnements éthique et politique en recherche auprès de personnes vulnérables : le cas d’une recherche auprès de locataires vivant des problèmes de salubrité

Le travail de recherche auprès des personnes marginalisées ou vulnérables exigent du chercheur de se positionner sur deux plans. Sur le plan éthique, comment s’assurer que les droits des participants soient respectés et que leur point de vue soit défendu? Sur le plan politique, comment s’assurer que la recherche permette aux participants de questionner leur situation, de reprendre du pouvoir sur celle-ci, voire même se politiser ou contribuer la politisation de l’enjeu?

Les nouveaux espaces convoités de la métropole

Montréal, métropole atypique au sein des villes nord-américaines pour sa très forte proportion de ménages locataires, fait face néanmoins à des problèmes criants concernant l’accès au logement abordable de ses habitants les plus vulnérables. En effet, la métropole n’échappe pas aux processus de gentrification et d’élitisation de ses quartiers centraux, et il semble que ce phénomène s’étende aujourd’hui aux arrondissements péricentraux de la municipalité.

Des logements provisoires pour des résidents provisoires

Cette recherche vise à documenter le droit au logement des travailleurs agricoles migrants au Canada soumis au Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS) et au Volet agricole du Programme des Travailleurs étrangers temporaires (PTET). Elle s’appuie sur la législation en vigueur, la jurisprudence et les données disponibles au Canada. Elle vise notamment à montrer que l’obligation de résidence chez l’employeur, légale ou de facto selon les programmes, participe d’un arsenal juridique qui vise à « brider » la liberté des travailleurs migrants.

Entrez les mots-clés désirés et faites la touche entrée pour lancer la recherche. Faites ESC pour annuler.

Haut de page